images

Le Laos devient le 47° membre de l’AIDEF

Faisant suite à la demande officielle de son président Khammany Inthirath, les membres du Comité Directeur de l’AIDEF se sont unanimement exprimés en faveur de l’adhésion de la Fédération Laotienne des Echecs à l’AIDEF.

La "Laos Chess Federation" devient donc notre 47° membre

Nous souhaitons la bienvenue aux joueurs d’échecs laotiens que nous espérons voir participer à nos activités.

Le Laos et la Francophonie

Le Laos porte comme dénomination officielle République démocratique populaire lao. C’est un pays d’Asie du Sud-Est délimité au nord par la Chine et le Vietnam, à l’est par le Vietnam, au sud par le Cambodge, à l’ouest par la Thaïlande, et au nord-ouest par la Birmanie. La superficie totale du pays est de 236 800 km², ce qui correspond à près de la moitié de la France ou à des pays comme la Roumanie ou l’Ouganda ; plus de 1000 km séparent le nord et le sud du pays. Le Laos est le seul pays de la péninsule indochinoise à ne posséder aucun débouché sur la mer. Depuis 1975, la capitale du pays est Vientiane qui a remplacé Luang Prabang. Le Laos est surnommé le « royaume au million d’éléphants » en raison du grand nombre d’éléphants qui vivaient auparavant sur le territoire.

Le Laos fait partie de la Francophonie depuis 1972 en tant que membre associé et depuis 1991 en tant que membre de plein droit.

http://mediatheque.francophonie.org/Laos.

La langue française a été introduite au Laos au XIXe siècle lorsque les explorateurs français sont arrivés au Laos en essayant de faire des incursions dans la Chine après la colonisation du Vietnam. Les Français n’ont pas prêté beaucoup d’attention au royaume de Lan Xang, mais ont établi un consulat dans l’actuelle Luang Prabang.

Les catalyseurs réels pour la mise en place de protectorat colonial sur les régions culturelles lao étaient les craintes françaises de la concurrence économique et politique de la Grande-Bretagne. Dans les années 1890, les conflits frontaliers avec le Siam et la France ont conduit à la guerre franco-siamoise et les frontières du Laos et du Siam ont été établies en faveur de la France. Le Laos est devenu alors un protectorat français. Contrairement au Viêt Nam, les Français n’ont pas exercé pleinement leur influence au Laos et il a fallu attendre les années 1900 pour que le français commence à être mis en place dans les écoles au Laos ; mais il était surtout limité à Vientiane. Cependant, la domination française a finalement gagné du terrain et le français est vite devenu la langue principale du gouvernement, de l’éducation et de la diffusion de la langue dans le sud du Laos après la fondation de Paksé.

La langue française a atteint un sommet entre les années 1910 et la Seconde Guerre mondiale et la propagation dans tout le pays, mais, comme le Viêt Nam, n’a pas été largement parlé dans la plupart des zones rurales. Le Français devint la langue des représentants du gouvernement et de l’élite. Lorsque le Japon a envahi le Laos dans la Seconde Guerre mondiale, le Français est resté dans le système éducatif, contrairement au Viêt Nam où le vietnamien est devenu l’unique langue d’enseignement, mais la langue lao a été brièvement utilisée dans le gouvernement. Le Français est revenu comme seule langue politique après que la France a repris sa domination au Laos et a été officielle au même titre que le Lao quand a été accordée l’autonomie au Laos en 1949. Le Lao est devenu la seule langue officielle après l’indépendance en 1953.

Bien que parlé par une minorité importante au Laos, le Français a beaucoup régressé, même s’il conserve un certain rôle dans le paysage linguistique, notamment dans l’affichage et dans l’enseignement. Selon l’Organisation internationale de la Francophonie, il y aurait 60 000 francophones réels au Laos (1 %) et leur nombre serait en croissance. Pour l’’ambassade de France au Laos, le nombre potentiel de francophones avoisinerait les 190 000 personnes.

Quoi qu’il en soit, le français demeure la première langue seconde après l’anglais. C’est une matière obligatoire avec l’anglais dans les écoles secondaires de second cycle. Environ 35 % de tous les élèves au Laos reçoivent leur instruction en français. Il existe aussi un Institut français au Laos, dont le site principal est à Vientiane avec une antenne à Luang Prabang. Sous la forme d’un « Centre culturel et de coopération linguistique », l’Institut français reste toujours le principal acteur de la coopération culturelle et universitaire française au Laos. Le français est aussi employé dans les travaux publics dans certaines régions et il demeure une langue de la diplomatie et des élites, des professions supérieures et des aînés.