Le mot du Président de l’AIDEF

Chers amis échéphiles,

Les Échecs : Il n’est pas inutile de rappeler que les origines de notre jeu se perdent dans la nuit des temps entre légendes et une réalité historique souvent controversée.

Les échecs sont assurément un jeu asiatique, une origine située dans le nord de l’Inde vers 600 après J.C. est aujourd’hui communément admise. L’ancêtre direct décrit par des textes est le chatranj que les Perses auraient reçu des Indiens. Il fut introduit dans le Sud de l’Europe à partir du X° siècle et le jeu d’échecs tel que nous le connaissons aujourd’hui existe depuis le début du 17ième siècle. Soit près de 400 ans sans aucune modification majeure si ce n’est l’apport de la pendule et la modification du style des pièces : le style Staunton internationalement adopté date de 1850. Néanmoins il faudra attendre la création de la FIDE et le congrès de 1929 à Venise pour avoir le premier règlement international officiel du jeu d’échecs.

Nous savons tous que le jeu d’échecs est l’un des jeux de réflexion les plus populaires au monde. Il est pratiqué par des millions de gens sous de multiples formes : en famille, entre amis, dans des lieux publics, en club, en tournoi, par correspondance, contre des ordinateurs, sur internet, aux niveau amateur et professionnel.

Depuis son introduction en Europe, le jeu d’échecs jouit d’un prestige et d’une aura particulière. Il a très largement inspiré la culture, en particulier la littérature, la peinture et le cinéma, on le surnomme « le roi des jeux ».

Le jeu d’échecs a des vertus pédagogiques indéniables : il permet de développer une pensée logique, d’améliorer la capacité à résoudre des problèmes, d’améliorer l’attention et la concentration, d’épanouir l’imagination et la créativité, de développer la capacité à prévoir les conséquences d’une action, de favoriser la mémoire, de renforcer la confiance en soi, de comprendre que c’est souvent sur le long terme que l’on est récompensé de ses efforts, et j’en passe !

D’une manière générale, le jeu permet à l’enfant de se construire, d’encourager son autonomie et sa responsabilisation car il lui permet de travailler et de découvrir par le plaisir, d’inventer, créer et transformer son environnement, de travailler la concentration et d’organiser sa pensée. Ces différentes notions doivent encourager et motiver l’enseignement du jeu d’échecs en milieu scolaire.

On peut également soutenir que le jeu d’échecs, en mobilisant beaucoup de ressources rationnelles, a fait reculer la violence. La conversion intellectuelle des humeurs guerrières n’est pas chose aisée. mais les échecs étant aussi une machine à rêver, on peut imaginer qu’ils y contribuent.

L’AIDEF est une association non seulement sportive mais également culturelle, créée le 24 février 2007 à Cannes – France.

Nos 9 membres fondateurs furent la Fédération Royale Belge des Échecs, la Fédération Échiquéenne Francophone de Belgique, la Fédération Française des Échecs, la Fédération Suisse des Échecs, la Fédération Monégasque des Échecs, la Fédération Luxembourgeoise des Échecs, la Fédération Tunisienne des Échecs et le Comité Valdôtain d’Échecs.

L’AIDEF est composée de Fédérations d’échecs des États et Gouvernements membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) ou d’entités régionales francophones constituées pour la pratique du jeu d’échecs, et ce dans tous les pays du monde.

A ce jour, nous comptons 47 membres issus de 41 pays différents.

Depuis le 81e congrès de la FIDE qui s’est tenu lors des olympiades d’échecs en septembre 2010 à Khanty-Mansiysk - Russie, L’AIDEF est officiellement reconnue par la FIDE en tant Organisation internationale affiliée.

Notre objectif est d’aider au développement et à l’enseignement de la pratique du jeu d’échecs dans l’ensemble des territoires de nos membres, de promouvoir et d’encourager l’utilisation de la langue française dans le monde des échecs et de rassembler des femmes et des hommes de race, de religion, de couleur, d’horizons différents ayant comme points communs les échecs et le Français, et ce, afin de permettre aux valeurs sportives, artistiques, intellectuelles et morales que véhiculent notre noble jeu, de se répandre à travers eux.

En favorisant les échanges et les relations entre joueurs d’échecs francophones, l’AIDEF veut créer un espace d’entraide et de développement durable. Mutualiser davantage l’expérience, les ressources humaines et matérielles tout en créant des manifestations communes, tel est le but échiquéen que ses nous nous sommes fixé.

L’AIDEF offre donc la possibilité à des individus issus des quatre coins de la planète, ayant comme point commun les échecs et la langue française qui agissent comme liens entre eux et que rien n’aurait rapprochés si ce n’est justement la langue et la passion pour ce jeu, de se rassembler en une association internationale qui les représente et affirme son statut d’interlocuteur crédible et respecté auprès des institutions officielles publiques et privées ainsi qu’auprès de partenaires financiers. Nous établissons des bases concrètes de collaboration au sein même de l’espace international francophone, concluons des partenariats, créons des relations, obtenons des avantages et des privilèges dont nos membres sont les bénéficiaires directs.

Les "RIDEF" - Rencontres Internationales des Échecs Francophones – est notre événement majeur qui se déroule annuellement depuis 2013. Il prend chaque année de plus en plus d’importance et est devenu un événement mondial attendu.

C’est l’occasion pour tous nos membres de se retrouver non seulement pour participer aux compétitions décernant les différents titres de champion et de championne de la Francophonie, mais aussi de partager des moments de convivialité propices à développer l’entraide nord-sud entre Francophones.
Les sept premières éditions eurent lieu successivement à Marrakech (Maroc), Beyrouth (Liban), Montréal (Canada-Québec), Menton (France), Yasmine Hammamet (Tunisie), Tirana (Albanie) et Paris (France).

Cette année-ci, la Tunisie organisera pour la seconde fois cet événement, un partenariat ayant été conclu avec le tour opérateur Go-makkah afin de pouvoir offrir d’excellentes conditions de jeu et d’hébergement aux participants et aux accompagnateurs à Djerba,

En marge du tournoi classique principal, de nombreuses activités sont programmées dont entre autres un séminaire FIDE pour entraîneurs, le championnat de blitz, une journée d’excursions, le dîner et les festivités de Nouvel-an et le gala de clôture traditionnel.

N’oublions pas que depuis le 1er juillet 2017, suite à la décision prise lors du Congrès de la FIDE de Bakou – Azerbaïdjan en 2016, les RIDEF ont obtenu le même statut que les championnats du Commonwealth ou de la ligue arabe, ce qui implique que des titres et des normes sont directement décernés aux premiers. Cela a permis en 2019 à Paris à Milanto Harifidy Ralison d’offrir son 2ème titre de Maître International à Madagascar.

J’en suis convaincu, les problèmes sanitaires que nous rencontrons actuellement et la pandémie que nous subissons ne seront plus que de mauvais souvenirs lorsque nous vous accueillerons à Djerba la Douce, surnommée parfois aussi l’Île des Rêves"

J’espère vous y retrouver encore plus nombreux que lors des éditions précédentes afin de que nous puissions célébrer tous ensemble dans la joie et la bonne humeur le passage à l’an 2021 !

Gens Una Sumus

Patrick Van Hoolandt, Président de l’AIDEF